Propreté des parties communes : Vos locataires en sont-ils satisfaits ?

Revenons aux fondamentaux de votre métier : essayons d’oublier quelques instants l’amiante, la seconde CUS, le PSP, l’ouverture du marché du gaz, … et mettons-nous un instant à la place de notre locataire !

« Dès le réveil, je suis dans mon environnement maîtrisé : mon logement, mes meubles, mes appareils, ma musique, … Mais une fois passée la porte d’entrée, je suis dans l’espace commun partagé avec mes voisins : et j’aimerais qu’il soit le plus proche possible de mon environnement personnel. Bien que tous les goûts soient dans la nature, a minima, j’aimerais que ce soit propre ! »

Extrait et traduit du site internet DILBERT ©

L’importance de votre image de marque de bailleur

Propreté des parties communes : Vos locataires en sont-ils satisfaits ?


Pour plus de 90% nos locataires, l’image qu’ils ont de leur bailleur se résume à des interactions très simples, voire basiques, avec leur logement :

  Mon appartement est-il chauffé et sec ? A priori, vos équipes maîtrisent plutôt bien cet aspect.
  Mes voisins ne créent-ils pas trop de nuisances sonores ? Vos leviers d’actions sont limités, en dehors de la proximité que vous pouvez avoir développée avec des associations de médiation ou avec la police nationale …
  Mon loyer et mes charges sont-ils corrects ? chut … il est inconvenant de parler d’argent smiley-silhouette.
  Le palier, l’escalier ou l’ascenseur et le hall sont-ils propres ? N’ai-je pas honte d’inviter de gens chez moi ? Ah, voilà un sujet encore perfectible et sur lequel vous avez prise.
  L’ascenseur fonctionne-t-il ? Gardons cette poire pour la soif et … pour un prochain sujet d’échanges.

Exemples de missions menées sur le sujet

Nous accompagnons les bailleurs dans la diversité de leur situation quant au nettoyage des parties communes.

  Bailleurs ayant externalisé l’activité et cherchant à améliorer leurs conditions externes de nettoyage (assistance contractuelle, choix du prestataire, suivi des marchés passés) : Alcéane, Paris Habitat, Alliade, SMHLM, …
  Bailleurs qui disposent d’équipes internes et qui souhaitent optimiser la qualité de réalisation du ménage et le taux de présence de leurs équipes : Habitat Saint-Quentinois, Dijon Habitat, …£
  Bailleurs qui rencontrent des difficultés localisées sur un site particulier de leur patrimoine ou avec un prestataire donné, et qui cherchent une expertise pointue pour résoudre une situation ponctuelle : Coopération & Famille, Régie Immobilière de la Ville de Paris, …
  Bailleurs qui privilégient la maîtrise des charges et l’appropriation de leurs parties communes et confient le ménage à leurs locataires, avec les particularités que cela implique : Pôle Habitat Centre Alsace.

Nos convictions en matière de propreté des parties communes

Depuis le temps que nous échangeons ensemble, vous vous doutez bien que nos PC sont remplis de convictions, de bonnes pratiques et de partages d’expérience entre bailleurs. Mais là, au risque de vous décevoir, nous n’identifions pas de recettes miracles généralisables concernant la qualité et la propreté des parties communes. Chaque site dispose de ses propres particularités techniques (surfaces, dessertes), équipements, occupations et compétences (présence ou non d’équipes de proximité). Les réponses doivent donc nécessairement être adaptées aux enjeux de chaque site.


Nous vous aidons à arbitrer, site par site, sur :

  La politique de propreté (fréquence, qualité, …) à mettre en place compte-tenu des enjeux d’image et d’occupation,
  Les budgets requis eu égard à la plus ou moins grande complexité et vétusté du site,
  Les modalités de réalisation des prestations (en interne ? sous-traitées auprès de prestataires ? confiées à des associations ad’hoc montées par vos soins ? …),
  Les modalités de supervision des prestations réalisées (et notamment comment s’assurer positivement de la réalité du nettoyage ? comment piloter le nettoyage autrement que par la vision négative des réclamations issues de locataires insatisfaits ?),
  Les modalités de supervision des prestations réalisées (et notamment comment s’assurer positivement de la réalité du nettoyage ?).

Comment progresser dans cette réflexion ?

Parce que nous sommes tous confrontés personnellement à la nécessité de faire le ménage, nous pensons que c’est simple ! Dans les faits, l’expérience montre que ce n’est plus le cas lorsqu’on intervient à une échelle industrielle. Et ce n’est pas plus choquant de solliciter de l’aide sur ce sujet que sur la question de votre PSP. Qui plus est, vous aurez moins de difficulté dans la définition des grands équilibres financiers à atteindre !

Fermer le menu